Revenir

Publié le par -LaRêveuse-

Je veux revenir un peu sur mon texte "Le chemin de la liberté de la femme moderne", et faire quelques précisions:


Ce texte ne reflète pas ma vision des mères non-allaitantes, ni des mères qui donnent des petits pots à leurs enfants, ni des mères qui accouchent par césarienne, ni des mères qui utilisent des couches jetables, ni des femmes qui prennent la pilule, ni des femmes qui ne font pas la cuisine.


Ce texte (qui se prétend dans l'ironie et l'humour, tout en restant dans un sujet sérieux), reflète plutôt ma vision sur la "logique" présentée par Isabelle Saporta dans son article "Quand l'écologie renvoie les femmes à la maison!", et une partie de ma vision de la liberté: elle n'émane pas d'un petit pot ou d'un biberon, comme elle n'émane pas d'un sein...


Il me semble que, entre 2003 (année de la naissance de ma fille) et 2008, beaucoup de choses ont changé dans le panorama de l'allaitement maternel et sa promotion en France.


Je suis en train de rédiger un texte à propos de sujets comme "le non-allaitement" et je veux préciser que ce n'est pas un texte pour dire "C'est une grave erreur, il faut allaiter...", "Mais vous ne culpabilisez pas de ne pas le nourrir?" ou "Vous n'êtes pas au courant de que c'est mieux pour la santé du bébé?" Loin de là... je veux montrer ma vision à ce sujet (qui m'intéresse beaucoup) parce que mes idées ont beaucoup évolué dernièrement et je voudrais les partager et les enrichir*.


Comme je l'ai écrit dans ma Newsletter, je trouvais dernièrement mon blog un peu trop léger... je voulais un petit changement et pouvoir m'exprimer davantage!



* Si des mamans veulent me faire part de leur expérience avec le biberon ou de leurs raisons pour ne pas allaiter, merci de m'envoyer un mail (voir l'adresse en haut à droite)


Publié dans Mes réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

André 06/12/2008 13:51

Gare aux crevasses ! Elles surviennent dans 20 % des cas, rendent les tétées douloureuses et provoquent anxiété, insomnie et diminution de la sécrétion lactée. Elles servent de porte d'entrée aux staphylocoques (mastites, abcès du sein). Elles sont favorisées par une succion appliquée exclusivement sur le mamelon, une mauvaise position du bébé, le frottement contre les vêtements, l'usage trop fréquent de l'eau et du savon. Une bonne technique peut les éviter. La bouche du bébé doit être à la hauteur du mamelon pour que la succion s'applique sur toute l'aréole et non pas seulement sur le mamelon. L'enfant ne doit pas "tétouiller" le bout de sein. La mère doit éviter d'utiliser sur les bouts de sein des désinfectants forts, odorants et desséchants (alcool glycériné, eau de Cologne) ainsi que les déodorants, le talc, la teinture de benjoin ou le savon. Il est indispensable de bien sécher les mamelons après chaque tétée afin d'éviter toute humidité résiduelle favorisant la macération. Il convient également d'éviter les compresses induites ou les "pare-lait" doublés de plastique qui gardent l'humidité sur les mamelons. Les coupelles de protection sont des coquilles percées d’un orifice dans lequel la mère glisse son mamelon. Ce dernier est donc à l’air, à l’intérieur de la boîte et les gouttes de lait qui perlent sont recueillies sans mouiller la muqueuse. Les mamelons douloureux gagnent à être exposés à l'air entre les tétées : la mère a le choix entre laisser ouverts les rabats du soutien-gorge ou ne pas en porter...
C'était ma contribution à ton excellent travail. Félicitations pour ton site. Bisous. André

-LaRêveuse- 07/12/2008 20:18


Merci encore!